La grippe espagnole dans les journaux départementaux

La grippe espagnole dans les journaux départementaux

On retrouve les mêmes thèmes dans la relation presse de la grippe espagnole en 1918 qu’un siècle plus tard lors de la Covid 19, mais avec des différences notables cependant. Chaque maladie a ses spécificités, mais les approches sanitaires et la société tout autant, avec une sensibilité et des priorités propres à chaque génération.

L’auberge de Mi-Forêt

L’auberge de Mi-Forêt

Mi-Forêt, au cœur de la forêt de Rennes, fut un lieu de sortie favori des habitants des communes environnantes, entre autre des Rennais. On venait y prendre l’air, se détendre, se restaurer.

Meuniers à Acigné

Meuniers à Acigné

Serge et Yves Desgués, qui ont tenu le moulin d’Acigné de 1959 à 2006, nous décrivent son fonctionnement et son évolution de génération en génération.

La première résidence seigneuriale au bourg d’Acigné

La première résidence seigneuriale au bourg d’Acigné

Le premier seigneur d’Acigné prit possession de son fief au XIe siècle, y installant sa résidence au centre névralgique de la paroisse. Un millénaire plus tard, les constructions sont effacées, mais il en reste cependant des traces dans la topographie et la toponymie des lieux.

De la motte du bourg au Fort de la Motte

De la motte du bourg au Fort de la Motte

Suite à la réforme grégorienne, devant rendre l’église à l’abbaye de Saint-Melaine, les sires d’Acigné prirent leurs distances avec le centre paroissial au XIIe siècle. Cette situation, loin d’être particulière à Acigné, a été courante dans la région au Moyen Âge.

V’là les Américains

V’là les Américains

Tout début août 1944, la percée d’Avranches permet à l’armée américaine de se ruer en Bretagne, traversant l’Ille-et-Vilaine en quelques jours. Acigné est libérée dès le 2 août, Rennes le 4, etc. C’est la liesse dans la population libérée. Mais le chassé-croisé des troupes en mouvement est aussi, sur le moment, cause d’incertitudes, de surprises et parfois de drames.

La saga des De Montigny

La famille de Montigny a marqué la vie d’Acigné durant un siècle. De 1770 à 1870, elle a fourni à la commune trois médecins se succédant de père en fils. Le troisième, François de Montigny, fut également maire d’Acigné au début du Second Empire. D’autres membres de la famille, de fortes personnalités, ont eu des destinées peu ordinaires. On a retrouvé leurs traces du Berry au Canada, en passant par Rennes, le royaume de Naples et le manoir de la Ville Aubrée à Acigné.