Dans les tiroirs d’Eugène de Maugère

Dans les tiroirs d’Eugène de Maugère

Les tiroirs d’Eugène Maugère, du village d’Épargé, recèlent des trésors. D’humeur toujours malicieuse, notre homme conserve une multitude de documents curieux, amusants. Et, au milieu de ceux-ci des photographies familiales permettant de parcourir une jeunesse à la ferme, comme la…

Le carnet de captivité de Baptiste Fougeroux

Après cinq ans de captivité en Allemagne, Baptiste Fougeroux, cordonnier acignolais, ramena au pays un carnet de notes prises sur place et précieusement conservé par son fils. Un témoignage exceptionnel qui nous permet de mieux comprendre l’univers mental des captifs et son évolution au fil des mois et des années de stalag, expérience qu’eurent à vivre 1 800 000 soldats français, dont 200 Acignolais.

Le sabotier en sa hutte

Le sabotier en sa hutte

Derrière la carte postale intitulée « Une hutte de sabotiers près d’Acigné », des représentants du petit peuple de la forêt de Rennes qui vivait en marge de la société. Habitués à de rudes conditions de vie mais appréciant leur relative liberté par rapport au monde paysan, leur intégration dans la société rurale fut précipitée par l’écroulement du marché du sabot au XXe siècle

La mémoire des arbres dans la toponymie acignolaise

La mémoire des arbres dans la toponymie acignolaise

Les noms des parcelles et des lieux dits sont transmis depuis les temps immémoriaux. Avaient été adoptés des signes distinctifs qui pouvaient tenir à la végétation. Cette étude, s’appuyant sur le premier cadastre, permet un petit voyage botanique et poétique dans le paysage d’hier.

La ramaougerie de pommé

La ramaougerie de pommé

Michel Leverrier, grand connaisseur de la ramaougerie de pommé, cette tradition culinaire et festive de Haute-Bretagne, nous a accordé un entretien. Histoire, recette et renouveau dans les années 1970-1990, jusqu’à la Fête d’automne à Acigné. Bonus: une vidéo autour d’une ramaougerie de pommé à Acigné en 1990.

Les débuts de la gare de Noyal-Acigné

Les débuts de la gare de Noyal-Acigné

Le chemin de fer fut un grand chantier du Second Empire et la station d’Acigné-Noyal entra en fonction en 1857. Bouleversant les transports, cette innovation fut préalablement à l’origine de débats et d’arbitrages entre les deux communes voisines et, ultérieurement, de péripéties variées, petites ou grandes.